Carre Regio 2N

La desserte qui sera mise en place à l’horizon LGV permettra de relever 2 ambitions majeures : avoir des TGV plus rapides tout en maintenant le niveau d’offre des gares intermédiaires, et proposer une offre TGV et TER complémentaire et densifiée globalement d’environ 20%.

Pour les déplacements longue distance

Les Côtes d’Armor bénéficieront globalement de 44 arrêts TGV quotidiens, soit 2 arrêts supplémentaires par rapport à aujourd’hui. Saint-Brieuc, qui sera desservi par tous les TGV, bénéficiera de 10,5 allers-retours TGV quotidiens vers Paris, soit 1,5 aller-retour supplémentaire par rapport à la situation actuelle. Plouaret, Guingamp et Lamballe conservent la même desserte TGV qu’aujourd’hui.

Pour garantir les meilleurs gains de temps, tous les TGV desservant la Bretagne ne s’arrêteront pas entre Paris et Rennes, et chaque jour, 3 allers/retours seront réalisés avec des trains circulant à 320 km/h sur la ligne nouvelle (au lieu de 300 km/h). Grâce à ces choix, le gain de temps moyen pour l’ensemble des gares TGV du département est de 45 ou 46 minutes.

Le meilleur temps de parcours sera proposé le vendredi soir avec des TGV ne s’arrêtant pas à Rennes, permettant de relier Paris à Saint-Brieuc en 2h05 et Paris à Lannion en 3h04.

Le TER participe aussi à la diffusion de la grande vitesse dans les Côtes d’Armor grâce à des circulations en correspondance optimisée à Plouaret, Guingamp, Saint-Brieuc ou Rennes. En particulier, Dinan sera connecté à Paris via des correspondances à Dol-de-Bretagne, en TGV, mais également en TER.

Le Centre Bretagne profitera de 3,5 allers-retours express supplémentaires avec un car à haut niveau de service en correspondance TGV. Cela permettra un temps de parcours Paris – Loudéac de 3h05.

Les Côtes d’Armor sont connectées avec les grandes villes françaises et les principaux hubs (Roissy, Massy) grâce à des correspondances optimisées à Rennes.

Les TGV et TER longue distance seront également en correspondance optimisée à Rennes avec les TGV intersecteurs qui desservent Lille, Strasbourg et Lyon.

Pour les déplacements du quotidien

Les grilles horaires ont été organisées pour répondre aux besoins des abonnés, avec une attention particulière sur les horaires d’arrivée dans les principaux pôles d’attraction :

  • La desserte de Lannion est renforcée avec la mise en place d’une « dorsale costarmoricaine » entre Saint-Brieuc et Lannion pour répondre aux besoins de déplacements domicile/travail entre les deux grandes villes du département
  • 7,5 allers / retours quotidiens seront proposés entre Lannion et Saint-Brieuc
  • La connexion entre Rennes et Dinan est également améliorée, avec la création d’1 aller / retour quotidien direct entre Rennes et Dinan, positionné en heure de pointe.

La desserte qui sera mise en place à l’horizon LGV permettra de relever 2 ambitions majeures: avoir des TGV plus rapides tout en maintenant le niveau d’offre des gares intermédiaires, et proposer une offre TGV et TER complémentaire et densifiée globalement d’environ 20%.

Pour les déplacements longue distance

L’Ille-et-Vilaine bénéficiera globalement de 63 arrêts TGV quotidiens, soit 3 arrêts supplémentaires par rapport à aujourd’hui. Rennes bénéficiera de 20,5 allers-retours TGV quotidiens vers Paris, soit 1 allers-retours supplémentaires par rapport à la situation actuelle. Redon gagne également un arrêt TGV et Saint-Malo, Dol-de-Bretagne et Vitré conservent la même desserte TGV qu’aujourd’hui, avec des temps de parcours améliorés.

Toutes les gares d’Ille-et-Vilaine bénéficient de la proximité de Rennes, gare de correspondance nationale, qui permet de proposer plus de liaisons avec Paris, avec des temps de parcours améliorés.

Le TER participe pleinement à la diffusion de la grande vitesse grâce à des circulations en correspondances à Rennes, Redon ou Dol-de-Bretagne. La complémentarité TGV-TER permet d’augmenter significativement le nombre de liaisons vers Paris, avec des temps de parcours qui restent compétitifs grâce à l’optimisation des correspondances et des politiques d’arrêt.

L’ensemble du périurbain rennais bénéficiera désormais d’une meilleure connexion à la grande vitesse avec notamment une arrivée plus matinale à Rennes en correspondance avec le TGV arrivant avant 9h à Paris-Montparnasse.

Enfin, l’Ille-et-Vilaine est connectée avec les grandes villes françaises (Lille, Strasbourg et Lyon) et les principaux hubs (Roissy, Massy) grâce à des correspondances optimisées à Rennes.

Pour les déplacements du quotidien

Les grilles horaires ont été organisées pour répondre aux besoins des abonnés, avec une attention particulière sur la répartition de l’offre en heure de pointe et les horaires d’arrivée dans les principaux pôles d’attraction.

Pour le périurbain rennais en particulier, l’offre est mieux répartie dans l’heure, avec une fréquence à la ½h en heure de pointe, grâce à l’effet positif du cadencement des trains.

Par ailleurs les liaisons intervilles sont améliorées dans tout le département :

  • La liaison Rennes – Saint-Malo bénéficiera de 19,5 allers-retours quotidiens (en TER ou TGV), soit 2,5 A/R supplémentaires.
  • 10,5 allers/retours quotidiens Rennes – Nantes directs, sans arrêt intermédiaire, seront proposés, soit 4,5 allers/retours supplémentaires.
  • 5 allers/retours Rennes – Vitré – Laval – Angers – Nantes seront mis en place, et permettront d’offrir des liaisons performantes Rennes-Angers avec un temps de parcours autour de 1h35.
  • La liaison Rennes-Redon bénéficiera de temps de parcours améliorés grâce à la réorganisation des circulations périurbaines : les trains desservant Redon ne s’arrêteront plus entre Rennes et Messac, excepté à Bruz, ce qui permet un gain de temps moyen de 7 minutes.
  • 1 aller / retour quotidien direct sans changement à Dol-de-Bretagne sera mis en place entre Rennes et Dinan, positionné en heure de pointe.

La desserte qui sera mise en place à l’horizon LGV permettra de relever deux ambitions majeures : avoir des TGV plus rapides tout en conservant le nombre d’arrêts TGV des gares intermédiaires, et proposer une offre TER densifiée et complémentaire du TGV. L’offre globale TGV et TER sera accrue d’environ 20 %.

Pour les déplacements à longue distance

Le Finistère bénéficiera globalement de 66 arrêts TGV par jour, soit 7 arrêts supplémentaires par rapport à aujourd’hui. Chaque jour de semaine, 2 allers / retours TGV supplémentaires circuleront entre Brest et Paris, et entre Quimper et Paris.

Pour garantir les meilleurs gains de temps, tous les TGV desservant la Bretagne ne s’arrêteront pas entre Paris et Rennes, et chaque jour, 3 allers/retours seront réalisés avec des trains circulant à 320 km/h sur la ligne nouvelle (au lieu de 300 km/h). Grâce à ces choix, le gain de temps moyen est de 48 minutes sur Paris – Brest et 50 minutes sur Paris-Quimper.

Le meilleur temps de parcours sera proposé le vendredi soir avec des TGV ne s’arrêtant pas à Rennes, permettant de relier Brest à Paris en 3h13, et Quimper à Paris en 3h16.

Toutes les gares du Finistère bénéficient de temps de parcours améliorés pour Paris grâce au maintien des dessertes dans toutes les gares TGV et à l’organisation de correspondances systématiques et optimisées.

La pointe bretonne bénéficiera de 8 TGV quotidiens supplémentaires, et de gains de temps de parcours moyens entre 47 et 52 minutes selon les gares.Toutes les autres gares TGV du département sont préservées et gardent le même nombre de liaisons directes vers Paris à l’exception de Landerneau, qui bénéficie par ailleurs d’une très bonne desserte en TER (50 TER par jour), et de la proximité de Brest. Cette ville sera desservie par 1 A/R TGV par jour.

Le TER participe aussi à la diffusion de la grande vitesse en Finistère, grâce à des circulations en correspondance optimisée à Lorient, Morlaix, Quimper, Brest ou Rennes. Les liaisons Carhaix-Paris seront aussi préservées avec la correspondance à Guingamp.

Les TGV et TER longue distance seront également en correspondance optimisée à Rennes avec les TGV intersecteurs vers Roissy, Lille, Strasbourg et Lyon. Chaque jour, 4,5 allers-retours sont ainsi proposés depuis/vers Brest et 5 depuis/vers Quimper.

Pour les déplacements du quotidien

L’offre sera développée sur Brest-Quimper, après la réalisation des travaux d’infrastructures sur Quimper-Landerneau, qui permettront d’augmenter la fréquence à 9 allers – retours par jour (contre 6 A/R aujourd’hui). Par ailleurs, un aller-retour quotidien sera prolongé jusqu’à Nantes, permettant des liaisons directes Brest-Nantes en environ 3h20.

Un aller-retour Brest – Lannion direct sera proposé avec des horaires adaptés aux besoins des abonnés (arrivée sur Brest juste avant 8h et départ après 17h30).

Sur Brest – Morlaix, les grilles horaires sont étudiées pour répondre du mieux possible aux besoins des abonnés, avec plus d’arrêts sur Landerneau et Landivisiau, et des fréquences mieux réparties le soir. Il n’y aura plus de creux d’offre entre 18h et 19h35 comme aujourd’hui.

Sur l’axe sud qui bénéficiait déjà d’une bonne densité d’offre, les horaires ont surtout été ajustés pour diffuser la grande vitesse, tout en continuant de répondre au besoin des abonnés.

Les gares de Quimper, Rosporden et Quimperlé bénéficieront d’une fréquence à la demi-heure en heure de pointe, et celles de Bannalec et Gestel d’une fréquence à l’heure.

La desserte qui sera mise en place à l’horizon LGV permettra de relever 2 ambitions majeures: avoir des TGV plus rapides tout en maintenant le niveau d’offre des gares intermédiaires, et proposer une offre TGV et TER complémentaire et densifiée globalement d’environ 20%.

Pour les déplacements longue distance

Le Morbihan bénéficiera globalement de 50 arrêts TGV quotidiens, soit 6 arrêts supplémentaires par rapport à aujourd’hui. Vannes et Lorient, qui seront desservies par tous les TGV, bénéficieront de 9,5 allers-retours TGV quotidiens vers Paris, soit 1,5 aller-retour supplémentaire par rapport à la situation actuelle pour Vannes, et 1,5 allers/retours supplémentaires pour Lorient. La desserte d’Auray est également densifiée avec 1 trajet supplémentaire.

Toutes les gares du Morbihan bénéficient de temps de parcours améliorés pour Paris grâce à l’organisation de correspondances systématiques et optimisées.

Le TER participe aussi à la diffusion de la grande vitesse en Finistère, grâce à des circulations en correspondance optimisée à Lorient, Vannes ou Rennes.

Le Centre Bretagne profitera de 3,5 allers-retours express supplémentaires avec un car à haut niveau de service en correspondance TGV. Cela permettra un temps de parcours Paris – Pontivy de 3h30.
Le Morbihan est connecté avec Lille, Strasbourg, Lyon et les principaux hubs (Roissy, Massy) grâce à des correspondances optimisées à Rennes.

Pour les déplacements du quotidien

Le Morbihan bénéficiera globalement de 230 arrêts TER quotidiens. Les grilles horaires ont été organisées pour répondre aux besoins des abonnés.

Les dessertes sont systématisées sur un certain nombre de gares TER afin d’optimiser l’offre de transport de façon équilibrée vers les villes d’attraction. L’offre devient ainsi plus lisible.

Par exemple, Malansac sera desservi systématiquement sur les Rennes – Vannes, Landaul – Mendon et Landevant sur les Vannes – Lorient et Gestel sur les Lorient – Quimper.
A la fin des travaux Landerneau – Quimper, la création d’un aller/retour quotidien Brest-Nantes permettra une connexion performante de Lorient et Vannes à Nantes.